Historique de l'école

1941

Les enfants de Douvaine vont à l'école publique de filles ou à l'école publique de garçons jusqu'au Certificat d'Etudes Primaires. Après quoi, de la 6ème à la 3ème, les garçons seuls peuvent fréquenter le Cours Complémentaire qui leur est exclusivement réservé.

Pour les filles, c'est le car quotidien (et nous sommes en guerre) ou l'internat bien coûteux, les bourses étant jusqu’alors réservées aux meilleurs élèves.

Les parents décident donc de demander l'ouverture d'un Cours Complémentaire privé, entièrement à leur charge.

 

Le 11 août 1941, mademoiselle Andrée FERT, première directrice, déclarait à la Préfecture, l’ouverture une école de filles comportant 2 classes : une classe primaire, un Cours Complémentaire. Le local ? Deux pièces, l’ancien patronage des Sœurs, qui servirent dans l’ancien temps à une école de Frères.

Il va en falloir du courage, de l’imagination et de la persévérance pour faire vivre cette école.

1947

On dédouble l’une des deux classes. Le Centre Rural, qui n’était encore que « l’Ecole Ménagère », prête une salle pour certains cours. Pour assurer le salaire des maîtresses, on fait des prodiges : théâtre à l’Epiphanie, tombolas, kermesse…

1952

Il faut acheter le bâtiment, jusqu'alors propriété des marquis TREDICINI DE SAINT-SEVERIN situé allée de Troches.

1957

On ajoute une aile transversale : 2 classes au rez-de-chaussée, un vestiaire et une pièce à l'étage. Inauguré par le Vicaire Général, Mgr DURET, ce bâtiment se révèlera vite trop exigu.

1959

En Décembre, la loi DEBRE crée les contrats avec l’Etat : les maîtres seront payés par la Trésorerie Générale ; les livres et les programmes, horaires et résultats seront soumis à l’approbation des Inspecteurs. Le souci financier, vrai « mystère douloureux » s’estompe.

1972

Le nombre croissant d'élèves et les exigences des contrats imposent la construction d'un nouveau bâtiment (les préfabriqués) utilisés dès la rentrée. Cette période heureuse voit le succès presque total des élèves au Brevet ou au Certificat.

Où installer d’autres classes ? Les CM2 vont occuper une classe aménagée par les parents, au 2ème étage du centre rural, allée de Troches.

Mais il faut bien songer à transporter le collège ailleurs. On rêve d’acheter la salle de l’Espérance, toute voisine. Hélas il faut y renoncer et on doit refuser des élèves.

1975

Devenu établissement secondaire privé, le collège émigre peu à peu vers la Maison Saint-François à Aubonne, grâce aux efforts conjugués de l'association du foyer du Léman, de la direction diocésaine, de la mairie de Douvaine et de l'Organisme de Gestion (O.G.E.C).

1986

Depuis les débuts de l’Ecole, la cantine avait été assurée par le Centre d’Enseignement Rural. Cette année, un nouveau local est mis à la disposition du collège. Il accueille sur place les élèves du Secondaire

1998

Le bâtiment « centre d’Enseignement Rural » est acheté en partie en février et en 1999, une cantine est installée au rez-de-chaussée.

 

La « maison des Sœurs » située à l’angle de l’allée de Troches et de l’avenue de Genève est vendue pour favoriser l’autofinancement de nos projets.

2002

Deux classes s’installent au 1er étage du bâtiment de la cantine, totalement financées et réalisées par des parents bénévoles.

2003

Des travaux d’aménagement de la cour (évacuation des eaux, recouvrement et clôture) sont financés par des dons et un emprunt.

2004

Des travaux ont lieu au 2ème étage du bâtiment de la cantine pour y installer la classe de CM2. Ceux-ci sont entièrement financés et réalisés par des parents bénévoles.

2013

La rentrée des classes de l’école s’effectue dans de nouveaux locaux construits sur le site du collège à Aubonne. L’ancienne école laisse sa place à des logements.

Le nouveau bâtiment comprend sept classes, une salle de repos, une salle de motricité ainsi qu’une grande bibliothèque, une salle des professeurs et un bureau de direction. Il est complété d’une cantine ayant cuisine commune avec le restaurant du collège.

 

Un nouveau départ se dessine mais avec toujours dans le fond du cœur, l’école allée de Troches.